Le typhon

Par ABConservation – Mis à jour le 11/01/2022

Les arbres tombés lors du typhon Odette [Crédit R. Pageaud]

Depuis mon arrivée de nombreuses personnes m’ont dit que l’île de Palawan n’était sujette ni aux tremblements de terre ni aux typhons (contrairement aux autres îles des Philippines) ; ceux-ci suivants un chemin plus au nord. C’est pour cette raison que tout le monde a été surpris par la virulence de Odette (ou Rai), même si elle était annoncée depuis quelques jours.

 

Dès le matin du vendredi 17 décembre, le lendemain de notre fête de Noël, l’électicité a été coupée alors que l’intensité était alors encore assez faible : bien sûr il y avait du vent et de la pluie mais ça passait encore.

En début d'après-midi je rassurais même la France en disant que tout allait bien...

En début d’après midi je rassurais même la France en disant que tout allait bien, que ça allait. Puis vers 16h-16h30 tout s’est accéléré : on a perdu les réseaux de télécommunication ; à 17h un eucalyptus d’une vingtaine de mètres est tombé sur la maison, heureusement il a « loupé » sa cible mais des branches ont endommagées le toit de la chambre on j’étais. Le fracas m’a surpris ; j’ai vite changé de pièce de peur que cela s’effondre. A 18h l’intensité est encore montée d’un cran ; Paw-Paw (le chien) était en stress complet et moi je me préparais à partir au cas où…

A 20h les enfants des voisins se sont réfugiés à l’office car l’endroit où ils étaient réfugiés était complétement inondé et leurs grands-parents, qui les gardent, étaient bloqués par une chute d’arbre.

Puis l’intensité a baissé et le lendemain au réveil il ne pleuvait plus mais les dégâts étaient importants. Je mets quelques photos pour vous rendre compte. Avec le voisin nous avons scié un arbre pour pouvoir sortir, nettoyé un peu. Par chance nous avions toujours de l’eau. En sortant dans la ville je me rends compte que la plupart des personnes n’ont plus d’eau en plus de l’électricité et des moyens de communications toujours coupés.

Les anciens disent n'avoir jamais vu cela à Palawan...

 

Les anciens disent n’avoir jamais vu cela à Palawan, personne n’était vraiment préparé. Après 4 jours (j’écris cet article mardi) nous n’avons toujours pas de moyen de communication : j’espère que ma famille ne s’inquiète pas trop et que je pourrais les contacter avant Noël pour les rassurer. L’électricité est revenue hier dans le voisinage mais pas chez nous ; avec des températures supérieures à 30 degrés j’ai dû jeter la nourriture. Les guichets ne fonctionnent plus, j’utilise l’argent de la caisse d’abconservation pour mes dépenses mais je m’inquiète surtout pour les personnes qui n’ont pas ma chance. Je ne sais pas les dégâts, si il y a eu des victimes, comment les gens sans réserves vont faire pour leurs dépenses… Moi je vais bien ; j’ai pu voir Jib ce matin il va bien aussi mais le toit de sa maison s’est envolé. Je n’ai pas encore de nouvelles de Joy, j’espère que ça va.

La vie a repris, les centres commerciaux, les restaurants sont ouverts et certains quartiers ont l’électricité mais toujours pas de moyen de communiquer.

J’écris ces quelques lignes assis sur un banc près de la centrale électrique ou des dizaines de personnes se massent pour recharger lampes, outils informatiques… Mon ordinateur est chargé, je vous laisse en répétant que tout va bien !

 

Dernières nouvelles : Joy va bien, j’ai pu la contacter. Le réseau de communication est revenu mercredi et de plus en plus de quartiers ont l’électricité. Noël va bien avoir lieu.

Joyeux Noël et bonne année.

Sur une note plus triste : Pensée particulière à toutes les victimes.

DERNIERS ARTICLES

ABConservation

Bureau France
57 rue Cuvier MNHN CP31
75005 Paris
Bureau Philippines
79 Abanico Road, Barangay San Pedro, Puerto Princesa city
5300 Palawan
 

Inscrivez-vous à notre newsletter

Votre mail servira uniquement à vous envoyer la newsletter ABConservation.
Il ne sera jamais communiqué à un tiers, et un lien de désabonnement sera présent dans chacun de nos mails.

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et de vos droits, c’est ici.